« Chacun, à chaque instant, est mené par ce qu’il voit », Paul Valéry

L’Institut de Recherche en Ophtalmologie (IRO) est une fondation à but non lucratif créée en 1989 et établie à Sion. Sa mission est de contribuer à une meilleure connaissance des maladies oculaires pour un diagnostic plus précoce et une thérapie plus efficace. Pour ce faire, l’IRO a ressemblé un groupe de physiciens, ingénieurs, biologistes et médecins qui étudient la génétique des maladies ophtalmiques et développent des techniques et des instruments de pointe utilisés pour la recherche de base de la fonction visuelle et pour des études cliniques.
C’est ainsi que l’IRO prolonge une tradition suisse d’excellence dans le domaine de l’ophtalmologie.

L’IRO à la poursuite d’une tradition

Cette tradition a commencé au début du siècle avec Alfred Vogt, qui donna la première description systématique des maladies oculaires. Jules Gonin découvrit l’origine du décollement de la rétine et la façon de l’opérer. Adolphe Franceschetti fit un travail de pionnier dans la transplantation de la cornée et, plus récemment, Hans Goldmann et Franz Fankhauser ont développé des instruments de diagnostic et des techniques de traitement du glaucome répandus dans le monde entier.

L’oeil, un instrument d’optique complexe et vulnérable

Grâce notamment aux progrès scientifiques, l’homme vit aujourd’hui beaucoup plus longtemps. Mais, revers de la médaille, de nouvelles maladies ont ainsi vu le jour et certaines affectent malheureusement l’un de nos organes les plus précieux : l’oeil. 
En suisse, plus de 25’000 patients sont opérés chaque année de la cataracte et, passé l’an 2000, un tiers des personnes de plus de 85 ans sera atteint de cécité si de nouveaux progrès ne peuvent éviter l’inquiétante « dégénérescence maculaire liée à l’âge ».

Pour les poètes, l’oeil est le miroir de l’âme. Pour les cliniciens, c’est un organe trop souvent atteint par des maladies systémiques et, pour les scientifiques, un système optique sophistiqué qui, avec un accès direct au cerveau, permet d’étudier le système nerveux.

La recherche à l’IRO… à la pointe du progrès

L’IRO a pour vocation de s’agrandir et, en collaboration avec les Hautes Ecoles de notre pays, développer d’autres axes de recherche. Comme l’échange est essentiel pour la recherche, l’Institut collabore avec des groupes et des universités en Suisse et à l’étranger. Ses publications, sa participation à des congrès spécialisés, les manifestations scientifiques qu’il organise à Sion ou ailleurs, font de l’IRO un acteur reconnu dans le monde de la recherche en ophtalmologie.
 Les résultats de la recherche fondamentale en ophtalmologie constituent le point de départ de la recherche appliquée, dont l’un des objectifs est de développer des méthodes thérapeutiques et des instruments pour l’étude clinique. 
Situées en amont des circuits commerciaux, ces recherches ont besoin de moyens financiers importants. La création de l’IRO a été rendue possible grâce à l’aide des collectivités publiques (Etat du Valais et Commune de Sion). D’autres sources ont contribué à son essor.

Le futur … la recherche a besoin de moyens

A cet égard, la Loterie Romande mérite une mention toute particulière, de même que des patients reconnaissants, des mécènes, l’industrie, diverses fondations, le Fonds National Suisse de la Recherche, le programme prioritaire Optique II et la Confédération Suisse.